A2MÈTRES : PARCE QUE LE BIEN-VIVRE DOIT DEMEURER OMNIPRÉSENT DANS LA « NOUVELLE RÉALITÉ »

Alors que s’amorce la reprise graduelle des activités dans divers secteurs et alors que le quotidien reprend tranquillement son cours dans les milieux de vie immobiliers, corporatifs et commerciaux, un nouvel ordre des choses s’installe. Nous vivons et vivrons désormais dans une « nouvelle normalité » où la distanciation physique et les diverses mesures sanitaires sont devenues essentielles, voire vitales, pour assurer la santé et la sécurité de chacun.

La « bulle personnelle » que chacun doit dorénavant se créer dans les espaces communs ou publics ne devrait pas pour autant nuire à la qualité des relations humaines, à la qualité de vie ou à la relation que chacun entretient avec son environnement. C’est pourquoi A2DESIGN intègre le principe de distanciation physique A2MÈTRES dans la conception de ses projets.

 

OÙ IL Y A DE LA VIE, IL Y A DU DESIGN : REPENSER DES ESPACES A2MÈTRES

Les espaces dans lesquels nous évoluons influencent notre qualité de vie. A2MÈTRES vise à aider entreprises et individus à reprendre leurs activités en toute quiétude par l’aménagement ou le réaménagement d’espaces sécuritaires, fonctionnels et esthétiques adaptés à leur nouvelle réalité et axés sur le bien-vivre.

Si la conception des espaces est dorénavant guidée par de nouvelles préoccupations et exigences liées à la santé et à la sécurité des personnes, on ne doit pas pour autant mettre de côté le plaisir de « vivre l’espace ».

A2DESIGN partage ici sept astuces en ce sens :

1. Planifier une circulation à sens unique pour éviter que les personnes ne se croisent, ce qui contribue à minimiser les contacts.

On pourra, par exemple, apposer des flèches ou des motifs au sol, ou encore installer des panneaux indicateurs muraux. Voilà qui dynamisera les espaces en plus de bien orienter les usagers.

2. Contrôler les accès par la reconnaissance vocale, faciale ou électronique pour gérer les allées et venues et ainsi accroître la sécurité des usagers.

À titre d’exemple, grâce à des systèmes électroniques de carte d’accès, on pourra limiter la circulation dans certaines zones d’un bâtiment.

3. Intégrer l’automatisation sans contact ou par contrôle de la voix pour réduire les risques de propagation.

Des portes automatiques, de l’éclairage, de la robinetterie, des distributeurs de savon ou de désinfectant pour les mains, ou encore des séchoirs ou des distributeurs de papier à mains, tous activés par détection de mouvement, sont autant de moyens de minimiser les contacts avec des surfaces qui autrement pourraient être contaminées.

4. Privilégier des matériaux de surfaces dures ou des matières antibactériennes et antimicrobiennes.

On pourra, par exemple, opter pour des métaux comme le cuivre et ses alliages, le laiton, le bronze ou encore des surfaces dures comme le quartz, le verre ou le stratifié afin de faciliter l’entretien et, par le fait même, réduire la durée vie du virus.

5. Concevoir des espaces flexibles que l’on peut adapter selon les fonctions et ainsi réduire la densification

Par exemple, un mobilier amovible ou des panneaux de protection flexibles peuvent facilement être déplacés ou reconfigurés pour assurer la distanciation physique entre les personnes.

6. Mettre en place une ventilation performante avec un apport d’air frais filtré.

On peut penser notamment à un système de contrôle à 20 degrés Celsius avec taux d’humidité de 40 % à 50 % afin de réduire les risques de contagion.

7. Exploiter encore davantage les espaces extérieurs.

Les toits des bâtiments peuvent être (ré)aménagés pour accueillir des espaces de collaboration, d’échange et de convivialité, par exemple.

 

DES MILIEUX DE VIE A2MÈTRES POUR FAVORISER LE « BIEN-VIVRE »

La complémentarité des quatre disciplines que maîtrise A2DESIGN, soit l’aménagement, l’architecture, le design urbain et de paysage et le design graphique, permet à la firme de concevoir et de livrer des projets A2MÈTRES innovants, en harmonie avec l’environnement.

Dans tous les cas, il s’agit de réinventer l’environnement actuel, de s’adapter au changement pour donner vie à des espaces nouveaux, où fonctionnalité, esthétisme et sécurité pourront coexister en harmonie avec la « nouvelle réalité » pour favoriser le « bien-vivre ».

Désolé, le formulaire de commentaire est désactivé pour le moment.